HYGIENE, SANTE, SECURITE AU TRAVAIL (Actualités Février 2017)

ACCÉDEZ AU CATALOGUE DE NOS FORMATIONSACCÉDEZ AU CATALOGUE DE NOS FORMATIONS
down


Faisant suite à la publication des recommandations PSC1 de décembre 2016 par le ministère de l’intérieur, l’INRS a diffusé de nouvelles recommandations qui mettent à jour l’enseignement dispensé aux sauveteurs secouristes du travail.

Vous trouverez dans cet article les principales évolutions qui sont abordées depuis le 17/01/2017 :



Dans la partie "protéger" :


-  Devant une attaque terroriste ou une situation de violence : le SST tentera d’appliquer les consignes nationales de sécurité éditées par le ministère de l’intérieur.
À la suite des attentats du 13 novembre 2015, le Gouvernement a lancé une campagne de sensibilisation pour mieux préparer et protéger les citoyens face à la menace terroriste.
Pour cela, il a diffusé une affiche « réagir en cas d’attaque terroriste » qui donne des instructions pratiques qui s’articulent autour du triptyque : « s’échapper, se cacher, alerter ».

Dans la partie "secourir" :


-  La victime saigne abondamment : Si la compression directe d’un membre est inefficace (le saignement persiste malgré tout) ou est impossible (nombreuses victimes, catastrophes, nombreuses lésions, plaie inaccessible, corps étranger), mettre en place un garrot au-dessus de la plaie pour arrêter le saignement.


-  La victime se plaint d’un malaise : Observer des signes d’apparition soudaine, isolés ou associés, même de très courte durée, qui peuvent orienter le médecin vers un AVC ou un accident cardiaque.


-  La victime se plaint d’une douleur empêchant certains mouvements  : notamment une douleur du cou à la suite d’un traumatisme, si possible stabiliser le rachis cervical dans la position où il se trouve à deux mains.


-  La victime ne répond pas et ne respire pas : CAS PARTICULIERS = La victime est un enfant ou un nourrisson : La conduite à tenir est la même que pour l’adulte (les 5 insufflations de départ ne sont plus nécessaires).
up